• Annie Wang, Lili

    Annie Wang, Lili

    452 pages

    Résumé :
    Les années 1980, Lili, une jeune Pékinoise de vingt-quatre ans, a été condamnée à trois mois de "réhabilitation par le travail" pour hooliganisme.
    A sa sortie de prison, elle décroche un boulot d'accompagnateur touristique et s'échappe dans les steppes mongoles. Après une adolescence marquée par les excès de la Révolution culturelle, c'est le début d'une renaissance. Là-bas, Lili renoue avec la musique et l'insouciance. Elle rencontre Rov, un journaliste américain antimilitariste, qui va l'initier à l'amour... et à la démocratie. Délicats apprentissages pour cette fragile jeune femme encore traumatisée.
    A son Pygmalion assoiffé d'idéal et passionné par le bouddhisme, Lili explique crûment la dérive des jeunes Chinois, la prison, le conformisme moral étouffant, l'horreur des années maristes... Et c'est peu à peu la conscience citoyenne de Lili qui s'éveille. Quand éclate la révolte estudiantine de juin 1989, on la suit sur la place Tienanmen, à la rencontre des grévistes de la faim prêts à mourir pour une certaine idée de la liberté.
    Un remarquable premier roman qui trace avec force et authenticité le portrait vibrant d'une jeune Chinoise en pleine révolution.


    Critique :
    J'ai pris ce roman pour le challenge ABC et je me suis rendue compte après coup qu'il était déjà rempli pour l'auteur en W. Le résumé ne me tentait pas plus que ça mais une fois un livre entre les mains ce n'est pas possible que je ne le lise pas !
    Finalement c'est une bonne découverte ! J'ai retrouvé un peu la même ambiance que dans Balzac et la petite Tailleuse chinoise à certains moments. C'est la même période de la révolution culturelle. Les parents de Lili doivent aussi partir en rééducation dans des villages de paysans. Ils s'y passent des choses horribles. Le roman d'Annie Wang est en revanche plus détaillé. On a un cadre beaucoup plus large qu'avec Dai Sijie puisqu'on voit ce qui se passe dans les campagnes, mais aussi dans les villes, à Pékin notamment. Les deux romans se font donc écho et si vous en avez aimé un, vous aimerez l'autre !
    Lili est un personnage formidable. Elle brise les règles, refuse de suivre le mouvement. Elle est courageuse et pleine de vie ! J'ai vraiment apprécié de suivre son histoire et en même temps celle de la Chine. Sa relation avec Rov est très belle. Il y a de l'amour mais tout en finesse. Lili est une personne haute en couleur, un peu vulgaire parfois, mais avec Rov elle se transforme petit à petit. Suivre Lili, c'est faire un voyage initiatique au coeur de la Chine.
    Rov est un américain et il ne connait pas bien la culture chinoise. Il se questionne beaucoup, ainsi que les personnes qu'ils rencontrent, et c'est en grande partie grâce à lui qu'on en apprend plus sur la Chine du XXème siècle.
    Le livre se lit bien. Wang a une écriture qui passe bien. On reste captivé par cette histoire, même si on peut s'en détacher assez rapidement, car on ne peut se retrouver ni dans les personnages ni dans l'histoire.
    Ce livre a encore beaucoup de points positifs et il mériterait à être plus connu ! J'arrête là ma chronique mais je vous invite à découvrir Lili par vous-même.


    La phrase de la fin :
    "La Lili de Pékin est morte cette nuit-là, mais quelque temps après, de l'autre côté de l'océan, une nouvelle Lili naissait."

    B.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :