• Jean-Philippe Toussaint, Nue

    170 pages

    Résumé :
    La robe en miel était le point d’orgue de la collection automne-hiver de Marie. À la fin du défilé, l’ultime mannequin surgissait des coulisses vêtue de cette robe d’ambre et de lumière, comme si son corps avait été plongé intégralement dans un pot de miel démesuré avant d’entrer en scène. Nue et en miel, ruisselante, elle s’avançait ainsi sur le podium en se déhanchant au rythme d’une musique cadencée, les talons hauts, souriante, suivie d'un essaim d’abeilles qui lui faisait cortège en bourdonnant en suspension dans l’air, aimanté par le miel, tel un nuage allongé et abstrait d’insectes vrombissants qui accompagnaient sa parade.

    Nue est le quatrième et dernier volet de l'ensemble romanesque MARIE MADELEINE MARGUERITE DE MONTALTE, qui retrace quatre saisons de la vie de Marie, créatrice de haute couture et compagne du narrateur : Faire l’amour, hiver (2002) ; Fuir, été (2005) ; La Vérité sur Marie, printemps-été (2009) ; Nue, automne-hiver (2013).


    Critique :
    Mr Toussaint a une très jolie écriture. On passe un agréable moment en compagnie de son
    roman !

    Il nous livre l'histoire de Marie avec tendresse et beaucoup d'amour. Marie est une artiste et avant tout une femme d'exception ! Et l'auteur la raconte tellement bien ! Leur relation est un tantinet compliquée : suis-moi je te fuis, fuis-moi je te suis ! Ils sont fait pour être ensemble finalement !
    On a l'impression qu'ils sont connectés l'un à l'autre et que quoi qu'il arrive ils se retrouveront toujours. Ce livre c'est un peu comme une poésie en somme.

    C'est une jolie histoire de vie qui retrace la tumultueuse relation entre Marie et le narrateur, agréable à lire mais pas non plus inoubliable. Un roman à choisir quand on veut se détendre donc !

     

    B.


    votre commentaire
  • Amélie Nothomb, Stupeur et tremblements

    174 pages

    Résumé :
    En 1990, au Japon, Amélie est engagée comme interprète chez Yumimoto, une entreprise d'import-export. Elle pense que son rêve de vivre comme une Japonaise va pouvoir se réaliser. Mais, très vite, elle sent bien que la réalité du système Yumimoto obéit à d'autres lois que celles de son désir.


    Critique :
    Un très bon roman de Nothomb ! Cela faisait longtemps que je n'avais pas pensé ça d'un livre de cette auteur mais celui-ci est réussi.
    Elle parle bien évidemment encore que d'elle-même. Cette autobiographie sur sa vie professionnelle au Japon est très instructive. Elle nous explique tout le fonctionnement de la société pour laquelle elle travaille : la hiérarchie, les tâches, le pouvoir... Et pour une fois je compatis au sort qu'elle a subit, ça n'a pas du être facile tout les jours. Nothomb ne se plaint pas vraiment dans son roman, elle raconte son histoire de façon détachée et j'ai trouvé ça agréable et surprenant de sa part.

    Il se lit rapidement car on y prend goût. Les mots sont bien choisis et piquent notre curiosité. Un bouquin que je recommande ! (Et c'est la première autobiographie de Nothomb que j'apprécie vraiment...)


    La phrase de la fin :
    "Mais il comportait un détail qui me ravit au plus haut point : il était écrit en japonais."

    B.


    votre commentaire
  • Peyo, Le schtroumpf financier # La menace schtroumpf

    La menace schtroumpf
    Rien ne va plus au village des Schtroumpfs. D'habitude, les petits lutins bleus vivent en parfaite harmonie, toujours farceurs et bons vivants. Mais là, on ne les reconnaît plus. Ils passent leur temps à se disputer. Un jour, ils découvrent qu'il existe d'autres Schtroumpfs, coiffés d'un chapeau gris et plutôt mal embouchés. Un conflit ne tarde pas à éclater. Heureusement, le Grand Schtroumpf a une idée… Créés par Peyo en 1958, les Schtroumpfs n'ont pas pris une ride. Et la Schtroumpfette est toujours aussi séduisante…

    Je crois qu'il est inutile que je présente cette grande BD ! Qui ne connait pas ?
    Je ne fais donc pas m'étendre parce que comme tout les tomes que j'ai déjà pu lire, celui-ci est super. Une idée de départ originale, des jolis petits hommes bleus et un peu de bonne humeur et voilà de quoi passer un super bon moment. Mon seul regret est que ça se lit toujours trop vite !

    Le schtroumpf financier
    Suite à une manipulation hasardeuse, le Grand Schtroumpf tombe malade. Afin de lui rapporter un médicament, un schtroumpf se rend dans le monde des humains et est, pour la première fois, confronté à l'argent. Fasciné, il décide d'introduire, dans le village Schtoumpf, un système monétaire. D'abord amusé par la nouveauté, les Schtoumpfs comprennent vite les inconvénients de ce système.

    J'ai trouvé l'idée super intéressante et en plus elle est très bien menée. Encore un gros bravo à Peyo pour cet autre tome. Les graphismes sont justes magnifiques et l'humour de ces petits schtroumpfs est génial. La façon qu'ils ont de répéter le verbe schtroumpfer pour dire tout et n'importe quoi, c'est irrésistible !

    B.


    votre commentaire
  • Frank Pé, Un faune sur l'épaule

    48 pages

    Résumé :
    Par une nuit paisible, Broussaille ressent le besoin de coucher sur le papier les moments un peu magiques d'harmonie, de plénitude, qu'il ressent au fond de lui. Pour tenter de les transmettre, même s'ils ne se partagent pas, dit-on. Pour revivre ces balades d'été, les menus plaisirs de l'existence, la lumière que lui ont apportés d'autres livres. Et pour parler de la nature, de la vie au rythme des fleurs, des animaux, et surtout des arbres, en prenant le temps de les écouter, de respirer… Puis, au fil des pages, vient l'indignation, face aux dégâts des hommes. Parce que l'homme est homocentrique. Mais surtout Broussaille évoque sa rencontre avec un être pas comme les autres, le faune, source de lumière au-delà des livres, qui lui a appris à regarder le monde autrement…


    Critique :
    J'avais une envie de changement, de lire autre chose que des bandes dessinées comiques, tout en restant dans un ton léger. Je me décide alors à lire un tome de la série Broussaille.
    C'est assez déstabilisant car il n'y a pas vraiment d'histoire. On suit juste les pensées du personnage Broussaille sur la vie et la nature. C'est très reposant et rafraichissant. Les dessins sont clairs, vivants, apaisants. Une bonne bouffée d'oxygène ! Cependant 48 pages qui tournent autour de la même idée, c'est un peu long... Malheureusement je me suis parfois ennuyée. J'ai trouvé aussi certains passages assez loufoques, qui sortent de nul part et qui n'apportent pas grand chose au récit. On perd un peu le fil, où veut en venir l'auteur ?
    L'idée générale est bonne : prendre le temps de vivre, de regarder la nature, d'apprécier tout simplement. Mais je trouve que le support est mal adapté.
    Enfin, je n'aime pas tellement son coup de crayon pour les personnages. Les paysages sont sublimes mais les personnages ne suivent pas.
    Dommage donc pour cet album qui n'aura au final pas réussi à m'emballer plus que ça ! Vous pouvez toujours aller faire un petit tour sur le site de Frank Pé qui vaut le coup d'oeil.

    Frank Pé, Un faune sur l'épaule

    B.


    votre commentaire
  • Thierry Coppée, La classe qui rit

    32 pages

    Résumé :
    lls sont tous de retour ! L'instit', la prof de gym, les copains et la famille au grand complet pour une nouvelle année scolaire aux côtés de l'incorrigible Toto. Des nouveaux arrivent aussi : vous ferez la connaissance de l'oncle de Béthune et de l'inspecteur des écoles. L'emploi du temps sera riche en gags, surtout en cette période de fêtes... Eh oui, Toto prépare activement Noël !


    Critique :
    J'étais une fan des blagues de Toto quand j'étais petite, alors lorsque j'ai vu cette BD ça m'a donné envie de m'y replonger ! Les dessins sont très jolis. Cela fait toujours plaisir quand c'est agréable à regarder. Mais malheureusement le gags ne suivent pas vraiment... A part quelques uns qui ont eu le mérite de me faire sourire, les autres restent assez fades et sont vite oubliés. Je suis un peu déçue. Peut-être que les premiers tomes sont meilleurs ?
    Je vous laisse une planche que j'ai bien aimé pour vous donner un aperçu !
    Les prochaines bandes dessinées que je compte lire ne seront pas comiques. J'ai décidé de changer un peu, voir si un genre plus sombre me plairait plus !

     

    Thierry Coppée, La classe qui rit

    B.


    votre commentaire