• Cornelia Funke, Le prince des voleurs

    Cornelia Funke, Le prince des voleurs

    462 pages

    Résumé :
    Dans le dédale des canaux et des ruelles glacées de Venise, deux orphelins cherchent un abri. Ils sont recueillis par des gamins des rues qui se cachent dans un cinéma abandonné. La petite bande survit grâce aux larcins de leur chef, le fascinant Scipio, appelé le Prince des Voleurs.
    Tout se passerait bien si un détective n'était à leurs trousses, et si le Prince des Voleurs ne les avait entraînés dans un curieux cambriolage. Peuvent-ils imaginer qu'en dérobant l'aile en bois d'un étrange manège chacun sse retrouvera face à un choix incroyable : rester enfant ou devenir adulte?
    Un grand roman attachant aux multiples rebondissements, écrit par la plus célèbre des romancières allemandes.


    Critique :
    C'est un roman que j'ai découvert étant petite. Quand je l'ai vu à la bilbiothèque j'ai eu envie de le relire. La magie agit toujours. C'est peut-être un livre jeunesse mais il peut visiblement se lire à tout âges. Les personnages sont super attachants. Je me rappelle avoir eu un coup de coeur pour ces orphelins et ça a encore été le cas.
    C'est surtout le cadre de l'histoire qui me plait énormément. Venise est une ville qui me fait rêver et l'auteur réussit parfaitement à faire de cet endroit un idylle. J'ai pris plaisir à suivre les protagonistes dans les dédales des rues et sur les places bondées de foule. Le détective mérite à se faire connaître. C'est quelqu'un de vraiment bien en définitive.
    Et puis c'est une histoire toute jolie, toute mignonne ! Des enfants qui voudraient tant grandir et devenir adultes alors que les plus âgés rêvent de revenir en enfance. Tout ça grâce à un mystérieux manège... Ce roman présente un univers des plus charmant ! On a en plus le droit à une petite dose d'humour toujours bien placée.
    Il me semble qu'il existe une adaptation cinématographique. Je n'ai pas spécialement envie de la regarder pour le moment (pour garder la magie du roman) mais ça peut-être une autre façon de découvrir ce récit.
    Je me suis également aperçue après avoir fini ce bouquin que Cornelia Funke est aussi l'auteur de la série Coeur d'encre. Il me tarde de lire cette trilogie !


    La phrase de la fin :
    "Ernesto Barbarossa se faisait appeler « Prince des voleurs »."

    B.


  • Commentaires

    1
    Samedi 22 Octobre 2011 à 07:55

    Je ne pense pas que ce livre m'intéresserait, puisqu'il semble plus jeunesse, mais Coeur d'encre du même auteur est un coup de coeur !



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :