• Eric-Emmanuel Schmitt, Lorsque j'étais une oeuvre d'art

    Eric-Emmanuel Schmitt, Lorsque j'étais une ½uvre d'art
    252 pages


    Résumé :
    Un homme désespéré souscrit un pacte très faustien avec un artiste démoniaque. Tu me donnes ta vie, en échange je lui donnerai un sens puisque aujourd'hui elle n'en a pas. Le candidat au suicide devient donc un objet dans les mains de l'artiste qui décide d'en faire l'oeuvre d'art la plus étonnante et la plus parachevée au monde, à savoir Adam bis, une statue qui possèderait le mérite et la supériorité incontestables d'être vivante. Succès garanti. Adam bis devient plus célèbre que La Joconde. Mais qu'on le prive de sa liberté et du droit à la conscience, et tout de suite l'homme commence à résister. Un peu cette fois-ci à la façon de Frankenstein, la créature décide d'échapper à son créateur afin de reconquérir sa liberté perdue.


    Critique :
    Un livre complément loufoque, macabre et stupéfiant. Pourtant j'ai tout de suite adhéré. Dès les premières lignes on est absorbé dans l'histoire. J'aime beaucoup Schmitt et son style. C'est d'un agréable à lire ! Je m'attendais à ce qu'il décrive son "oeuvre d'art" mais en fait l'imagination le fait très bien. Le thème est plutôt sympa : il amène à beaucoup de réflexions. J'ai lu plus de mauvaises critiques que de bonnes sur ce livre mais au final je retire du positif de ma lecture. Mais visiblement il est loin de plaire à tout le monde.

    B.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :