• Ernest Hemingway, Le Vieil Homme et la Mer

    Ernest Hemingway, Le Vieil Homme et la Mer

    156 pages

    Résumé :
    La mer abrite des millions de poissons, mais le vieux pêcheur n'a rien pris depuis quatre-vingt-cinq jours. Elle s'étend à l'infini, les côtes cubaines s'éloignent inexorablement, et pourtant, il s'agit d'un roman de l'enfermement. Le Vieil Homme et la mer, durant trois jours entiers, se retrouvent face à face. Rare élément féminin dans ce récit qui oppose deux volontés viriles et où la douceur maternelle provient d'un gamin, la mer est le lieu du lien. Lien entre le vieil homme et l'espadon, entre le pêcheur et la vie, lien entre le retour et le départ, l'eau est un lieu de séjour transitoire entre la vie et la mort. A peine un purgatoire, car l'on imagine mal cet homme à l'âme sublime avoir commis aucun péché, la mer fait surgir en lui des sentiments d'amour profond, de respect pour la vie, mais aussi de manque et de lassitude. Les expressions reviennent sans cesse, les images sont récurrentes et la voix parle à l'esprit dont elle émane. Les poissons volent, comme mus par la tension incessante de l'esprit, qui ne tient plus qu'à un fil ténu, corde de ligne bandée jusqu'à la limite. Dans cet univers de répétition, le langage irisé de reflets d'argent semble naître d'un pathétique besoin d'émancipation.


    Critique :
    Je m'excuse pour ce retard dans la rédaction de mes avis ! Je consacre plus de temps à mes lectures qu'à ce blog en ce moment et les mises à jours s'en font sentir.

    J'ai lu rapidement Le Vieil Homme et la Mer. Après en avoir entendu tellement d'éloges je ne pouvais que le dévorer. C'est le merveilleux combat d'un homme et d'un poisson, chacun se battant pour sauver sa peau. C'est aussi une histoire d'amitié entre un gamin et son vieux. Cette histoire est vraiment douce. L'écriture d'Hemingway nous fait ressentir le léger clapot contre la coque du bateau, la brise dans les cheveux et le sel sur les lèvres ! Mais elle est également impitoyable : ni l'espadon, ni notre vieux ne laissera une seule seconde de répit à l'autre pour s'en sortir ! On reste suspendu aux pages pour connaître le prochain tournant de ce combat. Tout au long de cette bataille, le vieux reste seul et attend désespérement de l'aide, qui ne viendra d'ailleurs jamais. Il se parle alors à lui-même pour ne pas tomber dans la démence et nous confie par la même ses pensées.
    Au final de ce duel, est-ce que le vainqueur a vraiment gagner ? Je me suis tout de suite posée la question et pour être honnête je ne trouve pas. C'est une bien piètre victoire. Il se fait voler son trophée parce qu'il est bien incapable de le défendre, ayant utilisé toute son énergie à combattre son adversaire. Heureusement qu'il reste le gamin...
    Ce dénouement fait de ce livre une oeuvre qui mérite largement sa renommée. Un classique que tout le monde recommande mais qu'il faut vraiment avoir lu. C'est un merveilleux bouquin à lire le soir avant de s'endormir !


    La phrase de la fin :
    "Le vieux rêvait de lions."

    B.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :