• Albert Espinosa i Puig, Tout ce que nous aurions pu être toi et moi si nous n'étions pas toi et moi

    256 pages

    Résumé :
    Madrid, 3h du matin. La mère de Marco, une célèbre chorégraphe, est morte la veille – et pour lui, sans elle, rien ne peut plus être comme avant. Il nous parle du sommeil, des rêves, du bien que cela lui procure en attendant le médicament qui lui permettra de ne plus jamais dormir.
    Marco a un don : il voit dans les souvenirs des gens, et la police fait souvent appel à lui. Aujourd’hui, on lui demande d’examiner « l’étranger », pour tenter de découvrir son passé et sa véritable identité. Leur rencontre se révèle surprenante car ils possèdent le même don. Ayant inversé les rôles, l’ « étranger » le supplie de l’aider à s’échapper.
    Une fable sur la perte, la douleur et l’amour, empreinte de tendresse mélancolique. Jusqu’où serions-nous prêts à aller pour retrouver un être qui nous a été cher ?

    Un roman qu’on lit d’une traite, d’abord étonné puis captivé, et transporté dans une autre galaxie
    Un best-seller à la fois ingénu et transgressif, d’une totale originalité, hymne à l’amour impossible sur terre et peut-être ailleurs.


    Critique :
    J'ai gagné ce roman en participant au concours organisé par Madame Charlotte. Je n'ai malheureusement pas pu aller rencontrer l'auteur au Salon du Livres à Paris et pourtant c'est l'histoire de l'auteur, plus que le roman en lui-même qui m'a donné envie de lire ce livre. (Vous pouvez retrouver sa biographie sur wikipédia.) Je reconnais que c'est de la curiosité un peu malsaine, mais je n'aurais sans doute jamais lu ce livre autrement et je serais passée à côté d'un chef-d'oeuvre !
    Le résumé ne m'inspirait pas tant que ça, mais dès les premières lignes j'ai accroché avec l'écriture d'Espinosa ! Si je devais qualifier ce livre par un adjectif ça serait doux. Ce livre, c'est de la douceur à l'état pur. Il s'en dégage du calme et de la tendresse. Cela peut paraître absurde, mais en lisant ce livre on a l'impression d'être dans une coque de protection, à l'extérieur du monde. C'est ce que j'ai ressenti en tout cas.
    L'histoire est assez étrange. Il faut être ouvert d'esprit et ne pas trop se poser de questions pour apprécier cette lecture je pense. Ce livre excèle niveau originalité. Je n'avais jamais rien lu de ressemblant. C'est autant le point faible que le point fort de ce bouquin : on accroche complétement ou on accroche pas du tout.
    L'étranger est un personnage mystérieux et qui va se dévoiler petit à petit sans qu'on puisse pour autant le cerner totalement. Marco et lui vont nous montrer deux belles histoires d'amour. La fin est à la hauteur du reste, c'est-à-dire superbe !

    Je suis subjuguée par le pouvoir de ce roman. C'est en lisant ce genre de livre qu'on se rend compte de la magie des mots. Je ne peux que vous le recommander, il vous manquerait quelque chose autrement.


    La phrase de la fin :
    "De toutes de mes forces, j'ai serré dans mes bras ma fille."

    B.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique