• 81 pages

    Résumé :
    Quelque part dans les Alpes italiennes, un chamois domine sa harde depuis des années. D’une taille et d’une puissance exceptionnelles, l’animal pressent pourtant que sa dernière saison en tant que roi est arrivée, sa suprématie est désormais menacée par les plus jeunes. En face de lui, un braconnier revenu vivre en haute montagne, ses espoirs en la Révolution déçus, sait lui aussi que le temps joue contre lui. À soixante ans passés, sa dernière ambition de chasseur sera d’abattre le seul animal qui lui ait toujours échappé malgré son extrême agilité d’alpiniste, ce chamois à l’allure majestueuse. Et puis, face à ces deux forces, il y a la délicatesse tragique d’une paire d’ailes, cette «plume ajoutée au poids des ans».
    Le poids du papillon, récit insolite d’un duel entre l’homme et l’animal, nous offre une épure poétique d’une très grande beauté. Erri De Luca condense ici sa vision de l’homme et de la nature, nous parle de la montagne, de la solitude et du désir pour affirmer plus que jamais son talent de conteur, hors du temps et indifférent à toutes les modes littéraires.


    Critique :
    Je recherchais un roman court sur la nature. Une envie de m'évader et de lire quelque chose de "frais" !

    Ce roman fut donc parfait ! J'ai été complétement transporté dans les Alpes.
    L'écriture d'Erri De Luca est fluide, claire et poétique. C'est une lecture très agréable et apaisante. C'est différent de ce que j'ai l'habitude de lire et cette nouveauté m'a fait beaucoup de bien.
    La nature est omniprésente dans ce petit livre. On entend la brise dans les arbres et le souffle du vent nous caresse le visage. C'est d'un calme...
    Le chasseur et le chamois sont des personnages imposants, qui appellent le respect. Ils sont élevés à la hauteur de divinité. J'ai vraiment eu de l'admiration pour eux.

    Je pense me mettre à la lecture d'autres romans de cet auteur !


    La phrase de la fin :
    "Sur la corne gauche du chamois, la glace avait laissé l'empreinte d'un papillon blanc."

    B.


    votre commentaire
  • Donato Carrisi, Le chuchoteur

    438 pages

    Résumé :
    Cinq petites filles ont disparu.
    Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière.
    Au fond de chacune, un petit bras, le gauche.
    Depuis qu’ils enquêtent sur les rapts des fillettes, le criminologue Goran Gavila et son équipe d’agents spéciaux ont l’impression d’être manipulés. Chaque découverte macabre, chaque indice les mènent à des assassins différents. La découverte d’un sixième bras, dans la clairière, appartenant à une victime inconnue, les convainc d’appeler en renfort Mila Vasquez, spécialiste des affaires d’enlèvement. Dans le huis clos d’un appartement spartiate converti en QG, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire : tous les meurtres sont liés, le vrai coupable est ailleurs.
    Quand on tue des enfants, Dieu se tait, et le diable murmure…


    Critique :
    J'en reste bouche bée devant tant d'ingéniosité ! Carrisi a réussit à faire durer le suspens jusqu'à la dernière phrase. Je n'ai rien vu venir. Bravo ! Il mérite son prix littéraire. Chaque élément est lié à un autre, et l'auteur nous force à suivre un chemin qu'il a tracé. Il nous donne une réponse après l'autre, sans pour autant qu'on puisse imaginer une seconde ce qui va se passer ensuite. Il faut absolument le lire !
    Les personnages sont super bien construits. Je ne m'y suis pas spécialement attachée, car avec ce type de roman il faut toujours se méfier des apparences, mais ils sont pour autant intéressant à suivre pour essayer de comprendre leur passé, leurs doutes, de les décrypter en somme.
    Si ce roman devait être adapté au cinéma, je pense que certaines scènes seraient assez difficiles à regarder. C'est l'avantage de la lecture : on ne peut jamais dépasser les limites de notre imagination et de ce que l'on a déjà vu ou vécu. Le plus souvent les scènes de crime de livre on se les représente grâce à des films qu'on a visionné. Cependant Le chuchoteur reste quand même parfois monstrueux et immonde à travers ses meurtriers et leurs crimes. Donc à lire, oui, mais pas à tout âge peut-être.
    J'ai du mal à écrire un avis clair parce que je suis vraiment restée sans vois en refermant ce bouquin. Je ne sais toujours pas qu'en penser, et ça fait pourtant quelques temps que j'ai finis le livre. Tout ce dont je suis sûre c'est que on a affaire à une sacrée trame psychologique !


    La phrase de la fin :
    "Revenu, pour disparaître à nouveau dans les vastes étendues de l'ombre."

    B.


    2 commentaires
  • Plaute, Amphitryon
    124 pages


    Résumé :
    Jupiter, non content d'avoir obtenu les faveurs d'une femme fidèle en prenant les traits d'Amphitryon, son mari, décide de pousser plus loin le jeu et de semer la confusion parmi les hommes. Avant de rétablir l'ordre, il savoure avec son fils Mercure, lui aussi travesti, ses talents de comédien qui lui permettent d'assouvir ses caprices en toute impunité.


    Critique :
    J'adore ! C'est excellent ! L'intrigue est super bien menée. Les Dieux bousculent une famille mais réparent leur dégâts après. A la fin, il y a la naissance de Hercule. J'aimerais beaucoup voir cette pièce. Le jeu de scène doit être terrible. Rien que pour le mythe qu'il contient, je vous recommande ce petit bouquin. Avant de commencer, j'avais très peur que l'histoire soit extrêmement compliqué avec un vieux langage, mais pas du tout ! C'est très facile d'accès.


    La phrase de la fin :
    "A présent, spectateurs, en l'honneur du très grand Jupiter, applaudissez bien fort !"

    B.

    votre commentaire