• Louis Breton, Le fildefériste bancaire

    Louis Breton, Le fildefériste bancaire

    336 pages

    Résumé :
    Fuyant dans les Caraïbes, un informaticien emporte le butin de plusieurs cambriolages de banques luxembourgeoises. Le trésor de ces vols, commis le même jour, l’embarque dans un voyage de plus vingt ans à travers l’Europe et les Antilles. Il attire la convoitise de chasseurs de primes et autres détectives qui courent le monde à sa recherche. D’autres, responsables financiers, se cacheront et maquilleront les défaillances de leur gestion.
    Cette chronique permet aux lecteurs de découvrir une version différente du monde de la finance et du cadre de travail de services techniques associés à cette industrie. C’est la vision d’un technicien fatigué d’un système de gestion d’entreprise et, par opportunité, il profite d’une occasion pour soulager quelques riches et puissants de leur fortune souvent mal acquise… Sous la forme d’une œuvre originale et parfois technique, l’histoire nous décrit un monde de la finance qui n’a qu’un but : l’argent tout de suite, sans éthique ni état d’âme !


    Critique :
    Je remercie une nouvelle fois Les agents littéraires, mais également Les Editions Persée pour ce premier partenariat avec eux !

    Malheureusement, autant le dire tout de suite, je n'ai pas du tout accroché avec ce livre. Ca fait une éternité qu'il est sur ma table de chevet et j'en aurais abandonné la lecture (chose qui ne m'arrive jamais) si ça n'avait pas été un partenariat.

    Je pensais pourtant sincèrement que ce livre allait me plaire ! Le sujet m'a tout de suite emballé parce que je le connais un peu et je trouvais que c'était une bonne idée d'approfondir mes connaissances tout en passant un bon moment de lecture. Aïe...

    Le résumé aurait dû préciser qu'il fallait être expert en informatique, notamment en système SWIFT, pour suivre un minimum le fil. Et même dans ce cas-là quel intérêt de lire un manuel ? Je me suis plusieurs fois demandé si l'auteur cherchait à faire un dictionnaire ou à écrire un récit de fiction. En effet à la fin de chaque chapitre on trouve des définitions de mots ou de concepts qui viennent simplement de sites internet référencés à la fin du livre. C'est barbant et inutile. Il aurait au moins fallu les mettre au début, avant qu'on lise un chapitre dont on n'a rien compris. Mais en fait le mieux aurait été de créer un personnage stupide (à l'image de nous, pauvres lecteurs) qui aurait posé toutes les questions et ces définitions imbuvables seraient passées comme des lettres à la poste ! D'ailleurs pas besoin non plus de mettre l'explication d'un planteur...

    Je viens de dire que nous sommes relativement bêtes, nous les lecteurs, mais sincèrement recopier des passages mots pour mots dans un même roman, vous croyez que ça ne se remarque pas ? Il aurait au moins fallu changer les détails pour que le passage du paragraphe 4 colle avec le paragraphe 5... Dans le même ton : il y a énormément d'erreurs de ponctuation et autres coquilles. Quand on doit se concentrer pour suivre des explications pendant 336 pages, on n'a plus envie de chercher à savoir si la phrase est une question ou une affirmation parce qu'on rencontre des points d'interrogation partout.

    Quant aux personnages, il est difficile de s'y attacher. Ils n'ont pas vraiment de personnalité et ils se ressemblent tous, à tel point qu'on les confond. Je me demande encore pourquoi toutes les femmes de ce roman sont lesbiennes et aiment se donner en spectacle... Je dis bien toutes ! Même des soeurs ? Il y a un moment ça devient malsain. Les conversations sont plates et on a plus l'impression de suivre des interrogatoires qu'un dialogue. Ca m'a paru manquer cruellement d'originalité et d'imagination...

    Le seul bon point de ce livre reste son histoire. Je la trouve très mal exploitée mais l'idée de base me plait. Le passage de la construction de Joyeux Tiburon est le seul que j'ai vraiment apprécié parce que le récit s'enchaîne de façon claire avec un petit suspens.

    Une mauvaise critique c'est une critique qui amène la discussion. Cher auteur, soyez rassuré, le débat est lancé !

    B.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :