• Robert Merle, L'Enfant-Roi

    Robert Merle, L'Enfant-Roi

    567 pages

    Résumé :
    Henri IV est tombé sous le poignard de Ravaillac. Le roi Louis XIII n’a que neuf ans. Et une mère, Marie de Médicis, qui entend bien conserver le plus longtemps possible, au profit du Florentin Concini, la réalité du pouvoir.
    Le chevalier Pierre-Emmanuel de Siorac est le témoin des sept années au cours desquelles l’enfant-roi, qu’il sert avec un dévouement absolu, va en secret tisser son réseau, s’initier aux affaires du royaume, jusqu’au coup de force qui lui donnera le trône à quinze ans et demi.


    Critique :
    J'ai déjà lu des romans de cet auteur mais il y a bien longtemps car ils ne sont même pas chroniqués sur le blog. J'avais donc envie de me replonger dans un roman de l'auteur dont la plume m'avait plu à l'époque.

    La première impression que j'ai gardé de ce livre est sa longueur. Ce n'est pas très flatteur mais six cents pages d'une écriture chargée et de descriptions interminables, même pour moi qui adore ça, c'est trop ! Je me sens coupable de le dire mais oui quand j'ai refermé le roman ma première pensée a été "Enfin !".

    Je me suis sentie coupable parce que c'est un livre en soi magnifique ! On évolue dans l'univers du petit roi Louis XIII et l'auteur arrive à nous fondre à merveille parmi les courtisans de la cour du roi et surtout de la régente Marie de Médicis. On suit les histoires officielles, et celles qui le sont un peu moins, les drames et les joies qui se jouent à la cour. C'est un grand moment historique que l'on passe avec ce roman. De ce point de vue là, je l'ai dévoré !

    On est plongé dans des décors somptueux. Robert Merle est un auteur hors du commun dans le sens où il recrée des scènes passées avec minutie et un réalisme fou ! Le genre typique d'auteur que j'admire pour la qualité de l'écriture.

    Cependant je n'ai pas pu m'empêcher de m'ennuyer. Ce livre manque cruellement de dynamisme et n'est pas faute d'avoir de l'action, parce qu'entre la cour, la régence, les guerres et l'histoire d'amour de notre héros il y en a ! Pourtant les longueurs sont belles et bien là.

    Drôle d'impression donc qu'il me reste de ce livre. Pourquoi pas commencer la série Fortune de France depuis le début (L'Enfant-Roi est le huitième tome), voir si les autres tomes sont plus entraînants.

    B.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :